L’apocalypse des zombies

J’avais un poste prêt à partir pour aujourd’hui, mais quand j’ai lu ceci, j’ai senti que je devais plutôt le partager. Si vous l’aimez, veuillez suivre ce lien pour revenir au site d’origine et le leur faire savoir.

L’apocalypse des zombies est arrivée !
Je me suis assis et j’ai réussi à faire quelques recherches pour donner suite à une de mes intuitions. Mon intuition est que toutes les grandes banques américaines sont des banques zombies. À vrai dire, je parie que la plupart des grandes banques étrangères sont également des banques zombies. Une banque zombie est une institution financière qui a plus de dettes que d’actifs et qui est maintenue en vie grâce à l’intervention du gouvernement (via Wikipedia). Je vais élargir cette définition pour inclure les institutions financières qui sont maintenues en vie par d’autres banques.
L’apocalypse des zombies a donc commencé, mais ce n’est pas de cette façon que nous avons tous plaisanté.
Tous les grands systèmes financiers américains ont bénéficié d’injections de capitaux de la part de la Réserve fédérale. Beaucoup empruntent des liquidités à la Fed à un taux d’intérêt stupidement bas et les réinvestissent dans des obligations d’État. Cela présente deux avantages. Premièrement, les obligations sont un actif qui peut être utilisé pour compenser les dettes inscrites dans ses livres. Deuxièmement, les obligations ont un rendement supérieur aux paiements d’intérêts dus à la Fed, et la banque peut empocher la différence. Le QE2.5 est en vigueur depuis deux ans, ce qui profite d’abord au gouvernement et à la Réserve fédérale en maintenant la chaîne de Ponzi.
Il s’agit d’une pratique hautement inflationniste. Dans notre système de monnaie fiduciaire, les banques créent plus de 99 % de l’argent total dans le système. Cet excès de liquidités fait monter les prix, ce qui aide encore plus ces banques zombies, car les consommateurs continuent d’emprunter plus d’argent sur leurs cartes de crédit pour joindre les deux bouts. Je suis prêt à parier dans plus de deux salles de conseil que c’est ainsi qu’ils pensent pouvoir se remettre dans le bain.
Une autre tactique qui a été bien documentée est le jeu que ces banques jouent avec le marché de l’immobilier. Il y a des millions de maisons saisies dans toute l’Amérique qui sont des morts-vivants, ni saisies, ni en règle. J’ai personnellement constaté que les banques ne sont pas disposées à procéder à des saisies et qu’elles ne sont pas disposées à travailler avec le titulaire actuel d’un prêt hypothécaire et un acheteur potentiel pour faciliter une vente à découvert.
Les banques agissent ainsi parce qu’un prêt hypothécaire est un actif de la banque et qu’une maison saisie est une perte, surtout sur le marché immobilier. L’hypothèque correspond au prix d’achat de la maison et la maison saisie est ajustée au prix actuel, qui est une décote de 20 % au minimum. Les banques sont confrontées à une surabondance de prêts hypothécaires pour les morts-vivants, mais seulement à la vitesse où le marché immobilier et leurs bilans peuvent le supporter. Ces banques sont dans un tel état de précarité que s’il y a trop de maisons saisies, elles montrent leurs cartes au point que la FDIC est obligée d’agir.
Je suis sûr que la FDIC sait à quel point ces banques sont mauvaises, mais tant que ces bluffs ne sont pas dénoncés, les banques sont prêtes à augmenter la mise. Lorsque le linge sale de la banque est montré, la FDIC doit alors les fermer pour sauver la face et nous donner, à nous les clients, l’illusion que la FDIC fait son travail et nous protège.
Pour résumer :

  1. Beaucoup de nos plus grandes banques sont dans le rouge, et font appel à la mise en scène et à l’intervention du gouvernement pour rester solvables
  2. Toutes les grandes banques sont liées entre elles par un réseau de produits dérivés et de swaps de CDS
  3. L’agence gouvernementale de régulation est presque à court de fonds et ne pourrait pas couvrir la faillite d’une des mégabanques
  4. Le consommateur/client est au bas de l’échelle lorsque nous voulons obtenir nos fonds
  5. Si une banque commence à s’effondrer, c’est tout le système qui s’effondre

Regardez comment le gouvernement a géré la récente faillite de MF Global, en veillant à ce que les grandes banques comme Lehman Brother soient payées en premier, alors que la loi sur les faillites stipule que les investisseurs doivent être payés en premier. Je dois me demander si Lehman Brothers se serait effondré s’il n’avait pas récupéré ses fonds d’investissement ? Aurait-elle été le premier domino à tomber ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *