Revue de livres sur les zombies : Feed Series par Mira Grant

Je vais être parfaitement franc, j’étais catégoriquement opposé à la lecture de littérature de zombies. J’ai juré que ce n’était pas un genre dans lequel je tremperais mon orteil. Je suis une sorte de Vince Flynn, Daniel Silva, Tess Gerritsen : J’aime l’espionnage, les conspirations gouvernementales, les mystères médicaux et les choses de cette nature. Les zombies me paraissaient trop science-fiction à mon goût, trop difficiles à croire. Mon mari m’a finalement convaincue d’essayer le premier livre de la série, Feed, en me promettant qu’il s’agissait bien d’une conspiration gouvernementale, ainsi que d’un mystère médical. Cela ressemblait à une combinaison splendidement horrible. Il avait toute mon attention.

Alors je l’ai pris. Environ 72 heures plus tard, je l’ai finalement posé. Je pense que mes enfants ont été nourris et changés, je n’en suis pas sûr. Il avait déjà terminé les deux livres de la série, et ma belle-mère était en ville pour Noël, alors ils ont certainement pris le relais de mon absence due aux livres (j’espère !).

La série, qui comprend actuellement non seulement Feed, mais aussi Deadline, et une nouvelle intitulée Countdown : A Newsflesh Novella, se déroule dans une quarantaine d’années et raconte l’histoire d’une équipe de blogueurs frère/sœur, Shaun et Georgia (George) Mason, qui ont gagné une mission pour suivre un candidat à la présidence dans sa campagne à la Maison Blanche. Ces frères et sœurs sont les orphelins du « Rising », l’événement qui a changé le monde et qui est le langage courant pour désigner l’apocalypse des zombies à laquelle ils ont survécu. Ils tiennent le blog « The End of Times » avec leur gourou technique, Buffy.

Le Rising s’est produit après que deux virus se soient combinés pour former le virus Kellis-Amberlee, qui est responsable de la création d’une envie incontrôlable de grignoter ses parents, ses amis, ses animaux domestiques, etc. C’est le sous-produit du remède contre le cancer et d’un remède inachevé et non testé contre le rhume. Comme le dit le vieil adage, la route de l’enfer est vraiment pavée de bonnes intentions, comme vous le découvrirez.

Après le soulèvement, la société est mise à l’écart et une société sévèrement contrôlée et réglementée est une société heureuse. De multiples tests sanguins quotidiens pour le virus Kellis-Amberlee sont la norme, et les gens ne se rassemblent pas en groupes de plus de 10 personnes environ, de peur que quelqu’un ne se transforme en amplificateur (leur mot technique pour devenir un zombie) et ne mange tout le monde à vue, ce qui fait que ceux qui sont mangés se transforment aussi en amplificateur, et mangent à leur tour tout le monde à vue, et ainsi de suite jusqu’à ce que tout le monde soit mangé ou empaillé. Les animaux de plus de 40 livres peuvent entrer en amplification spontanée et se transformer en zombies, de sorte que la garde de gros chiens et d’animaux de compagnie comme les chevaux est inconnue et que les gens ne mangent plus de viande rouge. Voyager est dangereux car vous pouvez rencontrer un cerf zombie sur l’autoroute ou même une bande d’individus infectés, bavant et tremblants.

Ces livres m’ont fait repenser à ma vie quotidienne et au nombre de libertés et de droits que je considère comme acquis. Je ne peux pas m’imaginer vivre dans une société où la captivité est la liberté et la liberté le danger. Ils sont un mélange parfait de suspense, d’horreur et de drame pour vous empêcher de lire bien après l’heure du coucher. J’ai lu 84 livres en un an et demi et ces deux-là étaient de loin mes préférés ; je leur ai donné 5 étoiles à chacun sur Goodreads.

Et j’ai un plan si jamais la terre a un « Rising » qui lui est propre. Je ne m’enfuirai pas, je suis trop mal en point. Peut-être que mon mari serait une alternative savoureuse à une vie dans une cage pas si bien garnie, si la vérité devenait aussi étrange que la fiction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *