Hey….. on doit aussi manger, non ?

Si les zombies peuvent manger des cerveaux….., les non zombies doivent aussi manger, et si les légumes sont bons, il arrive que nous voulions aussi de la viande. Une fois que les systèmes de réfrigération se sont éteints sans électricité… la façon dont nous obtenons généralement notre viande passe à côté.

Aujourd’hui, la plupart des gens ne sont pas capables de comprendre d’où vient vraiment la nourriture. Nous dépendons des chaînes d’épicerie pour nous fournir en poulet et en presque tout ce que nous mangeons. Je me suis rendu compte que ce n’est pas nécessairement une bonne chose d’être aussi dépendant des grandes chaînes pour approvisionner ma famille en nourriture, surtout avec la production alimentaire qui est si diversifiée à l’échelle mondiale de nos jours. Lorsque vous produisez votre propre nourriture, elle est plus sûre, vous savez ce qu’elle contient et elle est beaucoup plus satisfaisante.

Étapes

  1. Trouvez-vous un poulet à l’aspect savoureux….
  2. Les poulets sont tenus par leurs pattes, puis doucement retournés. Les poulets sont désorientés lorsqu’ils sont à l’envers, et après quelques secondes, ils deviennent très calmes, leurs ailes se détendent en quelque sorte.
  3. Nous plaçons doucement nos poulets dans un pot de lait modifié cloué à un arbre, la tête la première. Sous le pot à lait, sur le sol, nous plaçons un seau pour recueillir le sang.
    Le pot à lait a été modifié en coupant le fond et en élargissant un peu le bec. Maintenant… cela peut sembler étrange, mais c’est vraiment très pratique. « Comme un poulet dont on a coupé la tête » est un dicton qui existe depuis un certain temps, et très honnêtement, garder son poulet contenu pendant l’abattage est une très bonne idée si vous ne voulez pas être couvert de sang.
  4. Saisissez doucement, mais fermement, la tête de vos poulets et (avec un couteau très aiguisé) coupez directement sous les pommettes des deux côtés du cou. Cela coupe efficacement les veines jugulaires et fait saigner le poulet très rapidement. Nous recueillons le sang dans un seau que nous utilisons dans notre jardin comme engrais. Votre poulet aura des convulsions après sa mort, alors continuez à tenir la tête jusqu’à ce qu’elle s’arrête pour vous assurer qu’il n’y a pas de sang partout.
  5. Votre poulet est maintenant mort. Il est donc temps d’enlever ces plumes…… Vous aurez besoin d’eau assez chaude (140 degrés F. est assez idéal) pour faire tournoyer votre poulet pendant 1 à 2 minutes. Les plumes se détacheront ainsi plus facilement. Faites attention à ne pas utiliser de l’eau trop chaude, car cela ferait cuire la peau de votre poulet et la ferait se détacher avec les plumes.
  6. Commencez à tirer ces plumes ! Celles qui se trouvent sur le corps se détachent facilement en quelques poignées, mais les plus grandes plumes des ailes doivent être arrachées une à une.
  7. Il est temps de le nettoyer……. d’abord nous voulons couper la peau autour du cou, et séparer la récolte (qui est pleine parce que nous avons tué ces poulets ce matin… généralement, c’est une bonne idée de les attraper un jour avant et de retenir la nourriture) et l’œsophage du cou….
    Après avoir fait ça… Enlevez soigneusement le jabot. Je le fais en pinçant le tube sous le jabot et en tirant….. comme nous l’avons découvert hier en faisant cela…. le jabot est connecté à l’organe appelé le proventricule. Le proventricule introduit les sucs digestifs dans la nourriture avant qu’elle n’entre dans le gésier. (Il est possible de retirer cette partie aussi…. mais essayez de ne pas manipuler quoi que ce soit d’autre pour qu’il en sorte lorsque vous tirez ceci).
  8. Nous arrivons maintenant à la partie vraiment passionnante de l’abattage d’un poulet, ou du moins au début de celui-ci. Avant de pouvoir pénétrer dans le corps du poulet et en extraire l’intérieur, il faut découper une ouverture à l’arrière.
    Mon approche consiste à découper une petite ouverture avec une paire de cisailles à viande, puis à pénétrer dans l’ouverture et à l’élargir. Moins vous en coupez, moins vous avez de chances de couper un intestin ou un autre organe interne que vous ne devriez pas couper. Faites cette partie avec précaution……
    Une fois que vous avez réussi à introduire votre doigt dans le corps par l’orifice que vous avez découpé, utilisez votre doigt pour commencer à séparer la peau de l’intérieur….. en faisant cela, vous devriez avoir une vue dégagée de la peau, et être capable de couper proprement autour de l’anus… quand vous aurez finalement fait la coupe (très soigneusement) tout autour, vous pourrez à peu près atteindre l’intérieur et enlever l’intérieur de votre poulet.
  9. Vous l’avez nettoyé, maintenant coupez les parties supplémentaires et jouez avec elles……. vraiment, c’est un peu malade et tordu… mais c’est amusant ! Comme je l’ai déjà dit, nous ne voulons pas seulement survivre….. nous voulons vivre, et pour vivre, nous devons trouver de l’humour dans les tâches macabres que nous devons entreprendre pour survivre.

Enfin….. vous pouvez faire ce que vous voulez avec les organes, certaines personnes les mangent…. nous les utilisons personnellement pour attraper des poissons. Le cou fait une excellente sauce, et si vous choisissez de retirer des morceaux de viande de votre poulet, n’oubliez pas que vous pouvez faire cuire les os et préparer un bouillon de poulet à conserver dans votre garde-manger. De plus, certaines personnes mangent des pattes de poulet, d’autres les font sécher et en font des bijoux funky pour les boutiques vaudou. Ce blog « comment préparer votre poulet » n’est certainement pas la SEULE façon de faire les choses…… ; c’est juste la façon dont nous le faisons.

Bon appétit !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *